Robert Helps : quelques dates...
1928 : Robert Helps naît à Passaic dans le New Jersey (près de New York City). Il vivra non loin de là, à Ridgewood, jusqu’à l'âge de vingt ans environ.

1933 : à cinq ans, sous l’impulsion de sa mère, il commence à jouer du piano.

1936 : sa mère l'inscrit à la Juilliard Prep. School de Manhattan (New York), où il va rapidement démontrer des prédispositions pour la composition.

1939 : à onze ans, il est l’un des lauréats d’un concours national de composition pour enfants organisé par le chef d’orchestre Leopold Stokowski. La pièce récompensée, Dance of the Cinders on the Hearth (composée vers 1937), est créée sous la direction de Stokowski par l’Orchestre de la NBC et diffusé à la radio.

1943 : il quitte le Juilliard Institute of Music Arts pour suivre l’enseignement privé de Abby Whiteside.

1944 : en parallèle de son enseignement pianistique, Abby Whiteside le confie à Roger Sessions auprès de qui, dès seize ans, il commence à recevoir des leçons de composition.

1953-1963 : à vingt-cinq ans, il emménage à New Haven (près de New York). Il vit modestement d’un emploi dans une boutique de disques, de leçons particulières de piano et commence à se produire en concerts. Pendant cette période il compose une dizaine d’œuvres dont sa Première Symphonie (1953-55) qui reçoit un double prix des fondations Fromm et Walter W. Naumberg.

1963 : il emménage au cœur de New York, à Manhattan (d’abord dans Greenwich Village puis, plus confortablement, à Brooklyn Heights). Il rencontre l’écrivain James Purdy (ils sont voisins à Brooklyn) avec qui il devient ami proche. Il décide de se consacrer indissociablement à une triple carrière de pianiste, de professeur et de compositeur.

1963-1967 : il donne jusqu’à trente concerts par an dans les salles les plus prestigieuses de New York, tout en continuant à composer (notamment son Premier Concerto pour piano, l’une de ses premières œuvres composées sur commande) et à enseigner le piano (à la Manhattan School of Music et au Conservatoire de New England). C’est à cette époque que C. F. Peters commence à publier ses partitions. En 1966, il enregistre (pour RCA) l’album intitulé New Music for the Piano, qui comprend d’importantes créations de nombreux compositeurs américains.

1967-1978 : il devient professeur au Conservatoire de San Francisco en 1967 et commence à partager son temps entre la côte Ouest et la côte Est des Etats-Unis. En 1973 il est nommé artiste-résident à l’Université de Davis en Californie. Cette même année est créé son Deuxième Concerto pour piano, œuvre commandée par la Ford Foundation et le pianiste Richard Goode. En 1976, il reçoit le prix de l’Academy of Arts and Letters. Pendant cette dizaine d’année, il compose une douzaine d’œuvres dont Gossamer Noons, pour soprano et orchestre (1974).

1978-1993 : âgé de cinquante ans, il quitte définitivement New York pour Tampa (Floride). Nommé professeur à l’Université de South Florida, il partage son temps entre Tampa et San Francisco où il continue d’enseigner le piano. Après une dizaine d’années d’interruption pendant lesquelles il donne une série de concerts consacrés à la musique française (Fauré, Debussy, Ravel), il se remet à la composition vers la fin des années 1980. Parmi ses nouvelles œuvres, il achève en 1987 Eventually The Carousel Begins pour deux pianos. Au début des années 1990, il découvre avec passion la musique du compositeur anglais John Ireland dont il jouera souvent les œuvres jusqu’à la fin de sa vie (notamment lors d’un concert mémorable en 1996 à la Merkin Hall de New York). En 1993, il doit subir une grave opération du coeur dont il se remettra difficilement.

1994-2001 : pendant cette période, il continue d’enseigner et de donner des concerts (en particulier il dirige, jusqu'en 1998, une série d’un style nouveau et décontracté : « Sensua by Candlelight » dans laquelle se produisent ses élèves et amis). Parallèlement, il se consacre de façon intensive à la composition, à la création et à l’enregistrement de ses œuvres, notamment Shall We Dance, pour piano solo, qui est créée en 1994, une Deuxième Symphonie achevée en 1999 et une série de transcriptions pour piano. En 1996, un CD entièrement consacré à ses œuvres paraît chez CRI (série American Masters). En 2000, il se produit comme soliste à La Philharmonie de Berlin.

2001 : il meurt à Tampa des suites foudroyantes d’un cancer.

2004 : un deuxième enregistrement monographique paraît chez Naxos (American Classics).

L’été de cette même année, est créé le Robert Helps Web Monument (la « cyberstèle de Robert Helps »).

Site en anglais